L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Après Al Jazeera, les médias proches de Ghannouchi menacés

L'avenir de la chaîne qatarie Al Jazeera est menacé en Tunisie. Après la fermeture de son bureau pour des raisons non officiellement déclarées, la télévision arabe des révolutions risque une fermeture définitive. Considérée comme le principal soutien au mouvement islamiste Ennahdha actuellement en opposition avec le président tunisien.
Après cette fermeture brutale et musclée, la chaîne télévisée qatarie Al Jazeera a dénoncé, dans un communiqué rendu public sur ses pages facebook et twitter, le 26 juillet 2021, la prise d'assaut de ses locaux à Tunis, par l'armée tunisienne. Elle a appelé les autorités tunisiennes à permettre à leurs journalistes de poursuivre leur travail et d'exercer leur profession sans intimidation.
«Les agissements des autorités tunisiennes s'avèrent une escalade inquiétante et nous redoutons que cela entrave la couverture professionnelle et impartiale»,
a-t-elle précisé.
Au lendemain des annonces du président Kaïs Saïed, ouvrant une crise politique en Tunisie, RSF dénonce la fermeture du bureau d'Al Jazeera à Tunis par les forces de l'ordre et appelle les autorités à «respecter la liberté de la presse et le pluralisme», met en garde Souhaieb Khayati, directeur du bureau Afrique du Nord de RSF. «Nous demandons la réouverture sans délai du bureau et le retour à des conditions de travail normales pour les journalistes.»
Cette intervention a eu lieu au lendemain du limogeage du Premier ministre, Hichem Mechichi et de la suspension du pouvoir législatif par le président Kaïs Saïed.
Dimanche 25 juillet au soir, après une journée de manifestations dans plusieurs villes du pays, le chef de l'État tunisien a en effet annoncé, la fin des fonctions du chef du gouvernement ainsi que «le gel» des activités du Parlement pour 30 jours.
Les forces de sécurité ont été déployées devant le siège de la chambre parlementaire, en en interdisant l'accès. Lundi, des heurts ont éclaté avec des manifestants rassemblés devant le bâtiment. C'est la première fois, depuis la révolution du Jasmin, en décembre 2011, qui a fait chuter le régime de Ben Ali, que la Tunisie est secouée par une grande crise politique.
La fermeture du bureau d'Al Jazeera est une première étape avant la fermeture des médias proches de Rached Ghannouchi.
Certains médias et chaînes de télévision sont connues pour être proches de Ghannouchi, c'est le cas notamment de Nessma Tv appartenant au mouvement de Nabil Karoui, Kalb Tounès et qui s'est allié avec le mouvement Ennahdha pour survivre à la politique algérienne.
La Tunisie se classe 73e sur 180 pays au classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF en 2021.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours