L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Le Monde arabe vu par un film d’animation

Le cinéma arabe s'intéresse de plus en plus à l'animation. Ainsi Alephia 2053, un long métrage d'animation en langue arabe qui se déroule dans un avenir sombre, a touché une corde sensible dans une région trop familière avec la règle autocratique et la résistance audacieuse et sanglante. Sorti sur YouTube le 21 mars, une décennie après les soulèvements du printemps arabe, le thriller produit par les Libanais a déjà recueilli plus de huit millions de vues. Le succès du film de 60 minutes témoigne de la popularité croissante des plates-formes de streaming en ligne en raison de la pandémie de coronavirus.
Mais c'est aussi «la preuve que le film reflète les pensées des gens», estime Rabih Sweidan, créateur et producteur exécutif libanais du film. Le scénario, qui se déroule en 2053 dans l'État arabe fictif d'Alephia, suit un groupe d'agents infiltrés complotant pour abattre le dirigeant héréditaire Alaa Ibn Ismail et son régime autocratique, décrit comme le plus tyrannique du monde. Grâce à une opération méticuleuse menée par des agents qui ont infiltré les hauts rangs du régime, la «résistance» réussit à renverser le dictateur dans un coup d'État et à mettre fin à un siècle de régime autocratique. Ils sont soutenus par des foules descendant dans les rues scandant le désormais célèbre refrain du printemps arabe - «Le peuple exige la chute du régime» - face à des forces de sécurité lourdement armées qui répondent par des tirs réels. Le film se termine sur une scène familière: les poings sont jetés en l'air alors qu'une foule euphorique abat la statue du dictateur déchu avec des cordes. Sweidan dit qu'Alephia 2053, avec sa figure de dictateur étrangement familière, est un film de fiction, mais il est basé sur la réalité.
C'est une description de la réalité sociale. Il n'est inspiré par aucun pays arabe, mais dépeint des conditions familières à beaucoup de pays à travers le monde. Le monde est devenu un petit village, où la situation est la même à plusieurs endroits. «Alephia pourrait être le 23e pays de la Ligue arabe», qui compte 22membres. L'animation, dirigée et illustrée par Jorj Abou Mhaya, est produite par la société libanaise Spring Entertainment. Plus de 70% du travail a eu lieu au Liban et a été réalisé par des Libanais», explique Sweidan, bien qu'il ait également reçu le soutien du studio d'animation Malil'Art à Angoulême, en France. Bien que le film rappelle fortement les soulèvements de 2011, Sweidan dit qu'il s'agit d'une tentative de rompre avec ce qu'il appelle une obsession du passé. L'idée du film est venue d'une question: à quoi ressemblera le Monde arabe dans 20 ou 30 ans?» Selon la vision de Sweidan, l'avenir est plus prometteur. Le film tente d'exprimer cela à travers l'étalonnage des couleurs: les scènes de clôture incorporent un dégradé plus vif que le schéma sombre et poussiéreux qui domine la première partie du film, dit Sweidan.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours