L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Satan chez les voisins

Sarah H. est une gentille et belle femme de 37 ans, qui a, comme voisine, Souhila Z.

C'est l'histoire de deux voisines, piquées, comme dirait un imam, à qui on aurait demandé son avis, par Satan, qui se seraient prises au collet à cause, des ragots. Evidemment! Sarah H. a pour voisine, Zoulikha. Z. une amie de 31 ans, au deuxième étage du bâtiment, érigé face à la sûreté urbaine... Mais, un jour, c'est la déclaration de guerre!
Les policiers ou les gendarmes préfèrent de courts et mauvais arrangements, à de longs et pénibles bons procès! Ce n'est pas toujours le cas! Sarah Z. et Souhila H. se sont disputées le dernier samedi du mois de septembre 2021.
Akila F. qui a joué à la pyromane, est la seule qui a pris partie! Farida, Theldja, Samia et Sofia, elles, jouent aux arbitres. Elles essayent d'arranger les choses, entre les deux mères de familles, survoltées, excitées et revanchardes comme jamais, il ne leur est arrivé!
Les menaces sont retenues comme inculpations. Sarah semblait contrariée par l'inculpation. Il en est de même pour Souhila, qui tomba du ciel, surtout qu'elles n'étaient pas assistées de conseils.
De mots en gros mots, on arrive de suite aux maux! On commença par des insultes pour atterrir en plein sur les menaces! «Je t'égorgerai, petite S...»aurait lancé la première dame. «Je t'enverrai un égorgeur de moutons, en ces jours d'automne!», aurait rétorqué la seconde épouse, qui était entrée dans une colère incontrôlable! Puis la rumeur fit le reste...
La juge les aide un tout petit peu en leur posant deux questions relatives aux menaces, ordonnance n° 75 -47 du 17 juin 1975 de l'article 284 (ordonnance n°75 - 47 du 17 juin 1975) du Code pénal. Silence-radio!
- Alors, mesdames les inculpées, on fait quoi de cette grave et bête poursuite?
Vous vous mettez en colère pour des broutilles, et voilà où nous en sommes!» jette, dans une salle quasi vide, le magistrat, visiblement fâché de voir devant lui, là, deux femmes de bonnes familles, dit-on à la cité, en train de vider une rancoeur! «Qui a donc créé ces histoires? Qui a amplifié les termes rapportés par les amateurs de ragots, et dérangé l'esprit de bon voisinage? Si cela a été fait pour soulever des sourires et rires, c'est complètement raté!» Pourtant, Sarah, tout comme, Souhila, est, aujour d'hui, très fair-play!
Les deux voisines se sont même lancé des sourires complices.
Face a la présidente, les deux voisines-copines-adversaires de ce jour, commencèrent à se défendre, et bizarrement, le plus calmement du monde. Cela plaisait au tribunal et même au jeune procureur, qui était si bien à l'aise, qu'il demandera en fin de procès, «l'application de la loi»!
La juge s'est appliquée d'entrée, à mettre de l'ordre dans les réponses des deux voisines-adversaires, «ennemies» le temps des explications au prétoire, faisant en sorte de ne pas avoir entendu les mots blessants, rééquilibrant le temps de parler des deux femmes en colère. C'est pourquoi, elle a décidé de trancher sur le siège, en punissant les deux inculpées-victimes à se débrouiller pour payer au Trésor public, une amende de 15 000 DA, chacune.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours