L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

19eme «Andaloussiates El Djazaïr»

À la salle Ibn Khaldoun jusqu'au 28 juin

La 19e édition de «Andaloussiates El Djazaïr», une manifestation culturelle qui célèbre le patrimoine culturel andalou, s'est ouverte, vendredi dernier à Alger, avec deux prestations animées par deux Ensembles culturels de musique andalouse, «El Fen Wen'Nachat» de Mostaganem et «El Djazairia El Moussiliya» d'Alger. Sous le slogan, «Djawla Fel'Aâssima», les 19e «Andaloussiettes El Djazair», prévues à la salle Ibn-Khaldoun durant les Week-End jusqu'au 28 juin prochain, seront animées par plusieurs associations culturelles de musique andalouse issues de différentes régions d'Algérie. Ainsi, les associations culturelles de musique andalouse, «El Fen Wen'Nachat» de Mostaganem, «Ziriya Andaloussia» de Miliana, «Diar El Andalous» de Blida, «Maqam» de Constantine, «El Djenadia» de Boufarik, «Dar El Gharnatia» de Koléa et les ensembles, «El Djazairia El Mossiliya», «Cordoba» «Les Beaux-Arts», «El Djazira» et «Mezghenna», d'Alger, vont restituer et rappeler au public, la richesse et la diversité du patrimoine musical algérien, de la musique classique andalouse. Sous un éclairage vif et un décor lumineux aux formes et aux couleurs diverses, projeté au fond de la salle sur un grand écran, le public, relativement nombreux, a pu apprécier la richesse de «Noubet Raml El Maya», rendue dans deux versions aux répertoires distincts, par les deux ensembles à l'affiche de cette première soirée de ces 19e Andaloussiates. Ainsi, l'Orchestre de l'association culturelle de musique andalouse, «El Fen Wen'Nachat» de Mostaganem et sa vingtaine d'instrumentistes dont huit musiciennes, sous la direction de Djillali Benbouziane, a été le premier à se présenter, sous les applaudissements nourris du public. L'Ensemble de Mostaganem, créé en 1984, a ouvert sa prestation avec, «Men malaka âaqli», un inqileb destiné à réveiller les voix cristallines de l'orchestre, qui a ensuite brillamment rendu entre autres pièces, «Medloum wa mouch'taki», «Rit el qamar kad ghab», interprété par la jeune Amel Laroussi et «Min tilk ad'diyar» avec la voix présente et étoffée du maestro.
Les loges des artistes et les coulisses ne désemplissaient pas, animées par un mouvement intense d'instrumentistes, entre ceux d' «El Fen Wen'Nachat» qui venaient de quitter la scène, sous les Youyous et les applaudissements de l'assistance, et ceux d' «El Djazairia El Mossiliya», dont c'était le tour et qui devaient donc la rejoindre et prendre le relai. Composé d'une trentaine d'instrumentistes dont six musiciennes, sous la houlette du maestro Mahmoud Hadj Ali, l'Orchestre d'Alger a rendu d'autres pièces composant «Noubet Raml El Maya» dans ses belles déclinaisons rythmiques et mélodiques.
Dans des variations modales et rythmiques hautement appréciées par le public, l'ensemble «El Djazairia El Mossiliya», créé en 1930 et qui réinvestit la scène culturelle après plusieurs années d'interruption, a interprété une dizaine de pièces, dont, «Men Nouhibou», «Ya zahret el ounsi», «Wa âala chouhoub el âachiya», «Leddali Chorb el âachiya», «Harramtou bik Nouâssi», «Nasaba âaqli», «Net'wahach el ahabayeb» et «Aâchiyatoun».
Dans leurs costumes de cérémonie et accoutrements de haute couture, ornés de broderies traditionnelles, les instrumentistes des deux associations ont fait montre de toute l'étendue de leurs talents respectifs, célébrant le patrimoine culturel andalou, cette musique savante et millénaire qui aura embarqué, près de deux heures durant, l'assistance dans une randonnée onirique.
Des distinctions symboliques et des trophées honorifiques ont été remis aux chefs d'orchestre des deux formations.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours