L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Je te pardonne, roman de Jamila Rahal

Histoire d'une résilience sans nom

Publié aux éditions Chihab, ce nouveau roman des plus poignants, qui se lit à la première personne du singulier, celle de la narratrice sans nom, à qui l'autrice a voulu donner une voix...

Après un parcours consacré à l'édition de jeunesse et l'impression, à une participation active à la promotion de la lecture enfantine dans le domaine associatif, Jamila Rahal voue sa retraite à l'écriture. Je te pardonne est son nouveau roman, publié aux éditions Chihab. C'est un roman poignant qui se lit à la première personne du singulier. La narratrice n'a pas de prénom. Et pour cause! La romancière a voulu à travers cet ouvrage rendre hommage à toutes ces personnes invisibles et de surcroît ces femmes que l'on ne voit pas, mais qui se donnent corps et âmes pour élever leurs enfants, tenir tête à un mari violent.. Sacrifier leur vie en somme, pour venir en aide à autrui, sauver sa famille, son foyer, par respect aux traditions ou par peur du qu'en-dira-t-on dans une société minée par les tabous et les inégalités hommes et femmes. Ce livre nous plonge aussi dans les années amères de la décennie noire et nous rappelle ses pires moments. «Que faire lorsque la jalousie, la méchanceté, la violence et la haine, sont le fait de ceux qui sont appelés à vous soutenir et à vous aimer? Lorsque père, mère, frères et soeurs vous trahissent et sèment des clous sur votre chemin, tandis que de parfaits étrangers vous tendent la main. Lorsque le couple n'est plus un refuge, parce que l'amour n'est plus de la partie.»peut-on lire au quatrième de couverture. Et de renchérir: «Que faire si en plus de tout cela, vous évoluez dans une société en proie à ses propres bouleversements, en commençant par la terrible décennie noire? Et si les autres étaient, eux aussi, des forteresses de solitude et de chagrin? Si le désamour, l'indifférence et la violence qu'on vous oppose n'étaient que le résultat de tragédies larvées, de malentendus et de tabous? S'il suffisait, pour briser le cercle du mal-être, de tendre soi-même la main? «Je te pardonne» est le récit d'une résilience. C'est le parcours poignant, inspiré de faits réels, d'une femme, de son long cheminement de la haine vers le pardon et la paix.»

Combat et sacrifice
En effet la narratrice se marie tôt par amour croyant éviter de tomber dans le piège dans lequel a voué toute sa vie sa soeur aînée, Badra, donnée très jeune par force à un homme qui finira par la répudier au grand dam de ses parents et le silence meurtrier de ces derniers...Cette dernière avec le temps, deviendra aigri et n'aura que haine de l'autre pour se défendre. Elle fera tout pour éclater le cercle familial, jusqu'à faire fuir ses frères et sa cadette à qui elle avouera des années plus tard, lui avoir envié son courage...et pourtant cette dernière devra à maintes reprises se taire et faire tête basse pour avancer et continuer à subir les pires vicissitudes entre un mari violent qui fini par la tromper, tout en continuant à lui faire des enfants. Et elle, de subvenir seule aux besoins de sa famille en multipliant les travaux en tant que femme de ménage pour joindre les deux bouts, avec la rage au ventre, quitte à faire éloigner ses deux enfants aussi de la maison pour éviter tout contact avec leur père tyrannique, un chanteur de cabaret lâche, sournois et surtout de mauvaise foi qui fera endurer à sa femme les pires souffrances et humiliations. Roman réaliste, inspiré de faits réels, l'histoire qui est narrée dans ce livre au titre évocateur Je te te pardonne appelle à l'empathie envers ces pauvres personnes qui n'ont pas toujours le choix que de poursuivre le combat de la vie. Et de survivre au milieu du chaos dans ce milieu hostile.
Fort heureusement, il arrive, parfois que des amis étrangers leur tendent la main pour les soutenir et les faire sortir de la boue. Roman de 357 pages, Je te pardonne se lit d'une traite tant l'émotion qui en découle est palpable. Elle vous arrachera au temps et vous vous surprendrez à lire et à tourner les pages inlassablement!

Une écriture réaliste limpide
Le livre est rempli de personnages de telle manière qu'on arrive à construire tout un imaginaire autour de cette famille composée d'une nombreuse fratrie. Et d'être touché par les différentes situations sociales, économiques et politiques que traversent ce microsome sociétal et celui de la narratrice à chaque étape cruciale de sa vie, entre joie et bonheur tronqué, peine et espoir renouvelés.Je te pardonne est un récit choral très touchant qui évolue autour du personnage central qu'est la narratrice, à qui l'autrice a voulu donner une voix et faire éclater son cri de coeur. Un coeur plusieurs fois brisé, mais qui se régénère à chaque fois en présence de ses enfants, son combat permanent pour lequel cette femme va être amenée à lutter durant toute sa vie pour qu'ils puissent avoir une vie meilleure que la sienne et ne pas faire les mêmes erreurs qu'elle. Un roman psychologique aussi car il dévoile les raisons qui ont poussé certains à devenir ces monstres d'aujourd'hui, sans trop les juger ou les punir. La romancière, observe, analyse et absout, peut-être, à la fin, les dépassements de quelques-uns d'entre eux. On pense à Badra, la soeur aînée pour qui la vie n'a pas été tendre non plus, jusqu'à se durcir et se murer dans la haine....Arrive le moment de la rédemption où Badra expie ses fautes en arrivant enfin à parler avec sa soeur...des scènes très imagées, limpides et ô combien émouvantes, traquant des caractères très complexes mais qui, au final, dressent le portrait humain de chacun de ces individus, en ce qu'il y a de vil et de bien en lui.... 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours