L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

L'investissement pour réduire des coûts de transport des marchandises

Une nécessité impérieuse

Le coût élevé du transport réduit la compétitivité des produits algériens sur les marchés internationaux.

La 5e édition de Logistical, Salon international du transport et de la logistique, ouvrira ses portes, aujourd'hui et s'étalera jusqu'à jeudi prochain, au Palais des expositions de la Safex, aux Pins maritimes d'Alger. Cette édition est placée sous le slogan «La digitalisation de la chaîne logistique». Cet événement est un espace de contacts et d'échange d'idées entre les acteurs de la chaîne logistique et du transport des marchandises. Il est organisé conjointement par la Chambre algérienne du commerce et de l'industrie (Caci) et le groupe des services portuaires Serpot. Une soixantaine d'entreprises seront présentes à ce rendez-vous économique qui vise à mettre en lumière des idées et des initiatives susceptibles de faire progresser le secteur de la logistique dans le pays. Ce salon se tiendra sous la forme d'une exposition pour les opérateurs économiques actifs dans le domaine du commerce extérieur, indique un communiqué parvenu, hier, à la rédaction de la Caci. Le salon sera rythmé par un programme de conférences et de multiples animations sur les enjeux de la transformation digitale et son impact sur le transport des marchandises et de la logistique. Le même document a fait état de la possibilité de mettre en évidence les mécanismes de facilitation du processus de transport et de logistique, à travers des conférences qui se tiendront au deuxième jour de cet événement tant attendu par les entreprises algériennes exportatrices. Le but est d'accompagner la relance et la diversification de notre économie. Un objectif qui se heurte à la cherté des frais de transport. Les coûts de transport de marchandises, notamment maritime, sont «chers» en Algérie. Un coût qui réduit la compétitivité des produits ‘'made in Algeria ‘' au niveau des marchés internationaux. Le coût logistique de transport maritime est le point noir du secteur de la logistique. 50% du prix des produits en vente sont indexés sur les frais du transport maritime, notamment après la pandémie de la Covid-19.
«Les prix du fret maritime ont triplé depuis l'avènement de la Covid-19», martèle à ce sujet, Ali Bey Nasri, le président de l'Anexale. Ce dernier, rappelle que «le marché est dominé à hauteur de 95% par les armateurs étrangers». Cela avant de mettre l'accent sur «la nécessité impérieuse d'investir dans le secteur maritime, (se procurer davantage de cargos), afin de booster nos exportations».
Le secteur du transport maritime a ainsi besoin, plus que jamais, de développer ses capacités considérées plus que vitales pour l'économie nationale, afin de suivre la nouvelle vision de l'Algérie sur ce plan. Le transport terrestre revient à près de 30% du prix de vente. C'est ce qui «impose le recours au transport aérien», propose Ali Bey Nasri. L'acquisition de cargos pour aider l'implantation des produits algériens à l'extérieur est primordiale, selon notre interlocuteur. Les Pays-Bas seront l'invité d'honneur du Logistical 2021. Un choix stratégique du fait que ce pays est situé à la croisée de chemins de grands centres urbains comme Paris, Bruxelles, Copenhague. Il occupe de ce fait une place privilégiée en tant que plate-forme logistique pour le transport de marchandises.
Les infrastructures du secteur néerlandais de la logistique, routières, ferroviaires, portuaires, fluviales, aéroportuaires et digitales, sont de haute qualité et optimisées de façon à servir les ambitions européennes et mondiales. Une expérience qui doit inspirer l'Algérie, pour tirer le plus de profit de sa position stratégique, de carrefour de l'Afrique et de la Méditerranée.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours