L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Intensification!

Cadence. Le rythme de l'activité politique a gagné en intensité ce week-end à telle enseigne que l'on peut se croire entamer le processus électoral. Pourtant, le corps électoral, étape sonnant le coup d'envoi officiel de l'opération, n'a pas été encore convoqué. Cela interviendra le 8 juin prochain. C'est-à-dire dans deux semaines. Mais avant ce rendez-vous, les choses semblent s'accélérer davantage au sein des partis politiques dont les débats et autres actions partisanes sont incontestablement dominés par le scrutin présidentiel. Certaines formations sont déjà à peaufiner leur stratégie de campagne comme le Parti des travailleurs qui a investi sa secrétaire générale candidate dans la course présidentielle. Le MSP, pour sa part, veille sur les formes avant d'annoncer la candidature de son premier responsable, un choix que doit entériner ces dernières heures le conseil consultatif du parti islamiste. En plus de ces deux candidatures émanant de partis politiques habitués aux échéances électorales, le scrutin présidentiel avait enregistré une candidature parrainée par une alliance électorale. Celle qui portera la candidature de Belkacem Sahli. L'avant-dernier week-end politique du mois de mai a vu naître également une autre alliance. Celle-ci est composée d'un quatuor de partis politiques (FLN, RND, El-Bina et El-Moustaqbal) qui «soutiendra un candidat du consensus». Le Front des forces socialistes (FFS) fera part de sa position aujourd'hui à l'issue de la délibération de son conseil national, réuni en session extraordinaire. Autant dire que la décantation ne tardera pas à s'opérer pour décliner le tableau des partis et acteurs qui seront présents sur le point de départ de la course présidentielle. Pour l'heure, il ne fait point de douter que le pays s'installe progressivement dans le contexte préélectoral. Et que les parties en lice sont d'ores et déjà dans le vif de l'échéance présidentielle. A l'évidence, même si l'élection présidentielle du 7 septembre prochain n'a pas encore révélé toutes les forces qui seront de la partie, elle tend cependant à prendre une place de choix dans l'espace public.
Cette animation est appelée à s'accélérer dans les prochains jours, notamment à partir de la convocation du corps électoral. Surtout que l'ensemble de la classe politique éprouve un besoin de ne pas rester en marge de cet événement. A plus de trois mois de son déroulement, le scrutin continue d'agiter les partis politiques restés aphones pendant longtemps. Et les prochaines semaines promettent une intensification de l'action politique en lien avec l'élection présidentielle. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours