L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

GECF: Le sommet d’Alger est indispensable dans le contexte géopolitique actuel

Le 7e sommet des chefs d’Etat et de gouvernement du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF), qu’abritera Alger du 29 février au 2 mars, est indispensable dans le contexte géopolitique mondial actuel et des menaces qui pèsent sur l’approvisionnement, a souligné Nordine Ait-Laoussine, expert international et ex-ministre de l’Energie, plaidant pour un "rapprochement stratégique" entre l'alliance de l'OPEP+ et les pays du Forum qui possèdent 70% des réserves mondiales de gaz. "Ce sommet est devenu indispensable compte tenu du contexte géopolitique actuel, des menaces qui pèsent sur l’approvisionnement énergétique mondial à long terme, suite à la réduction des exportations russes, et de l’importance grandissante du gaz naturel dans la couverture des besoins à l’échelle de la planète", a-t-il indiqué dans un entretien accordé à l’APS. Notant que la tenue de cette réunion reflétait une volonté de renforcer l’action du GECF pour protéger les intérêts des pays exportateurs et de favoriser l’expansion du gaz naturel, M. Ait-Laoussine a mis en exergue le poids considérable du GECF dans l’indust rie gazière mondiale, puisque ce groupe contrôle 70% des réserves prouvées-récupérables de gaz et contribue pour plus de 50% des échanges internationaux de cette ressource. Le Sommet verra, en effet, la participation des chefs d’Etat, de ministres et de hauts responsables des 12 pays membres, (Algérie, Bolivie, Egypte, Guinée Equatoriale, Iran, Libye, Nigéria, Qatar, Russie, Trinité-et-Tobago, Emirats arabes unis et Venezuela) ainsi que 7 pays observateurs (Angola, Azerbaïdjan, Irak, Malaisie, Mauritanie, Mozambique, et Pérou). Pour l’ancien ministre, l’enjeu de cette réunion pour l’Algérie est clair: assurer le succès du sommet, ce qui profitera à l'Algérie, un "acteur très impliqué dans le développement du gaz naturel et dans son commerce à l’international". Aussi, l’Algérie "dispose d’une expérience prouvée dans le développement de l’industrie du gaz naturel liquéfié (GNL), dans la réalisation de gazoducs en mer profonde et dans la conception d’un contrat équilibré de vente à long terme dont l’ossature est toujours en vigueur aujourd’hui", indique-t-il. -

- Pour une refondation des relations exportateurs-importateurs 

Interrogé d’autre part sur les résultats attendus du sommet, qui doit être sanctionné par la Déclaration d’Alger, M. Ait-Laoussine a indiqué que "l’accord devrait s ouligner que l’alliance OPEP+ et le GECF ont des objectifs communs qui nécessitent un rapprochement stratégique". Les pays du GECF sont dans la quasi totalité de l’hémisphère Sud et "sont, à juste titre, tous préoccupés par le souci de consolider la place du gaz". De ce fait, estime l’expert, avec la nouvelle donne gazière qui réserve désormais une bonne place au gaz naturel dans les programmes de lutte contre le réchauffement climatique, par rapport aux autres énergies fossiles, "le moment parait propice à une refondation des relations commerciales entre exportateurs et importateurs de gaz naturel. Le GECF doit monter au créneau". Actuellement, soutient M. Ait-Laoussine, le forum doit exercer, en pratique, davantage d'influence sur le marché "dont les conditions sont, en fait, essentiellement marquées par l’évolution du prix du pétrole (dominé par l’OPEP), avec une indexation partiellement ou totalement basée sur les prix publiés par les +hubs+ pétroliers dans les marchés libres".

Lire aussi dans Info en continu

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours