L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Poids des cartables scolaires: une commission ministérielle pour trouver des solutions immédiates

Le ministère de l'Education nationale s'emploie à trouver des solutions "immédiates" pour alléger le poids du cartable scolaire, à la faveur de l'installation d'une commission chargée de dégager des mesures pédagogiques et structurelles, a indiqué un responsable au ministère.

 

"En application des instructions du président de la République, Abdelmadjid Tebboune portant sur l'impératif de trouver des solutions définitives au problème de surcharge du cartable scolaire, une commission ministérielle sera constituée sous la présidence du ministre du secteur, Abdelhakim Belabed", a précisé l'inspecteur central à l'inspection générale du ministère de l'Education, Abdelaziz Osmani.

 

Pour ce faire, ajoute M. Osmani, "la commission devra entamer les discussions autour des mesures pédagogiques, notamment la révision des programmes scolaires", une démarche, a-t-il dit, susceptibles de régler définitivement la question de surcharge des cartables.

 

Parmi les mesures préconisées dans ce cadre, "la division du livre scolaire en fonction des trimestres", a ajouté le responsable, appelant les parents à "assister leurs enfants dans le rangement des cartables en utilisant l'emploi du temps fourni à l'élève".

 

La généralisation progressive des tablettes serait une autre solution pour alléger le cartable, a fait savoir M. Osmani qui a fait état, dans ce cadre, de mesures en cours d'application, à savoir l'adoption d'une nomenclature pour "l'unification des articles scolaires" dans les trois cycles (primaire, moyen et secondaire) à partir de l'année scolaire 2021/2022.

 

Appelant les enseignants à suivre l'emploi du temps arrêté pour ne pas obliger l'élève à porter ses livres tous les jours, M. Osmani a indiqué que "d'autres mesures seront dévoilées au moment opportun et devront contribuer grandement à la résolution de ce problème".

 

Le directeur des systèmes d'information au ministère, Ghanem Amara a affirmé que "la généralisation graduelle des tablettes électroniques" s'inscrivait dans le cadre des orientations du président de la République, rappelant que le ministère avait procédé à son application depuis l'année dernière, à travers l'équipement de l'école primaire, Abderrahmane Lakhdari de Batna en moyens numériques (pilote)".

 

M.Amara a souligné que le ministère représenté par l'Office national des publications scolaires (ONPS) avait signé une convention avec Sonatrach pour "l'équipement de 50 classes numériques, en plus de l'opération adoptée par le ministère pour l'équipement de 60 écoles primaires à l'échelle nationale".

 

Pour concourir à la réussite de ce projet, le même responsable a cité "la dotation de 6 écoles réparties à travers 6 wilayas de tous les moyens technologiques, en l'occurrence Tissemsilt, Khenchela, Médéa, Tizi Ouzou, Naâma et Ghardaïa qui viennent s'ajouter aux écoles équipées à Batna et Alger".

 

Evaluant l'efficacité de cette méthode d'enseignement, M. Amara a affirmé qu'une étude réalisée par l'Inspection générale et la Direction de l'enseignement au ministère a fait ressortir des "résultats positifs", notamment en termes d'allègement du poids du cartable scolaire à hauteur de 25 à 54%, en sus des "résultats encourageants" réalisés par l'Ecole Abderrahmane Lakhdari durant la précédente année scolaire, avec des taux de réussite de 100% à l'examen de fin du cycle primaire.

 

Concernant la formation des enseignants pour l'utilisation des tablettes numériques, l'intervenant a indiqué que ces derniers ont bénéficié d'une formation sur l'utilisation du tableau interactif et ses différentes fonctionnalités.

 

Quant à l'utilisation d'internet, l'intervenant a rappelé que le projet n'est pas basé sur cet outil, car "il s'agit d'applications téléchargées sur les tablettes".

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours