L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Digital African Summit et ICT Maghreb fusionnent

À la conquête de l’Afrique

Un nouveau chapitre dans l’histoire du numérique africain est en train d’être écrit.

Une fusion vers l'avenir! Digital African Summit et de l'ICT Maghreb ne font désormais plus qu'un. Ces deux grands acteurs du digital en Algérie se sont unis pour aller ensemble à la conquête de l'Afrique. En effet, les responsabilités de ces deux évènements incontournables des TIC en Algérie ont scellé leur union «sacrée», hier à l'hôtel Marriott d'Alger. Les responsables de ces deux évènements, à leur tête Madjid Imadalou et Karim Emmbarek, ont rencontré la presse pour expliquer les grands axes de leur projet innovant. Ils ont d'emblée annoncé la couleur faisant savoir que l'objectif principal est de faire d'Alger, la Mecque du numérique en Afrique. «Cette fusion stratégique est conçue pour transformer l'Algérie en un hub numérique africain, facilitant l'innovation, la collaboration, et le développement technologique à travers le continent», ont-ils soutenu avec beaucoup de fierté. «Cette initiative vise à créer des opportunités sans précédent pour les entrepreneurs, les innovateurs, et les investisseurs africains et internationaux», ajoutent-ils avec beaucoup de fierté. Néanmoins, les responsables de ces deux salons veulent sortir des sentiers battus. Ils ne veulent plus se contenter de leur rôle actuel, qui est la tenue d'évènements annuels. «Nos ambitions sont grandes. Nous comptons une multitude d'initiatives, dont les roadshows en Afrique, la participation active à ICT Africa, et des évènements thématiques ciblés», indiquent-ils. En fait, il est question de promouvoir les talents algériens et africains dans le secteur des TIC, et attirer des investissements cruciaux pour le développement technologique. C'est dans ce sens qu'un plan d'action clair et ambitieux a été mis en place. Il est bien évidemment question de multiplier les grands évènements et les forums thématiques à Alger. Mais aussi d'aller au-delà des frontières. Ils aspirent à construire des ponts entre les acteurs algériens du numérique et leurs homologues des quatre coins de l'Afrique. Des visites, des échanges et des rencontres B to B sont prévus dans plusieurs pays. «Nos représentations diplomatiques ont assuré de leur soutien pour la réussite de ces roadshows», attestent-ils. D'ailleurs, un travail de fond a déjà été entamé avant même l'annonce officielle de cette fusion. Puisqu'ils comptent organiser dans les prochaines semaines, en Côte d'Ivoire, la première édition du ICT African. «Cette initiative panafricaine itinérante a été conçue pour mettre la lumière sur les entreprises et start-up innovantes du continent», précisent-ils. Ainsi, Abidjan accueillera la première édition avant de laisser place, chaque année, a une nouvelle capitale africaine. Une occasion unique donc pour rassembler les talents africains et leur ouvrir de nouveaux marchés et de nouvelles perspectives. L'objectif étant de faire de cette profusion d'innovation une force capable de bousculer l'Occident. Une union pour la force. C'est dans ce sens qu'un groupement africain des acteurs du numérique va été créé. Le Gafan est un pas important pour rassembler et unifier les rangs des Africains qui connaissent un engouement certain pour les TIC. «Cela vise à tisser des liens entre les entreprises, les innovateurs et les investisseurs, augmentant par-là même la visibilité et l'accessibilité des compétences et des solutions TIC sur le continent africain», mettent-ils -ils en avant. Les responsables de ces deux salons annoncent également la création d'un annuaire des acteurs des TIC de l'Afrique. Une ressource inestimable qui doit permettre à l'Algérie de devenir la locomotive africaine du domaine. Il faut dire que sous la conduite du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, le pays a réussi à devenir un leader africain incontestable en matière d'innovation et nouvelles technologies. Pourtant, il avait démarré du néant. Mais le chef de l'État avait mis en place une stratégie claire dès sa prise de pouvoir pour lancer une révolution digitale en Algérie. Il a aussi grandement misé sur l'économie du savoir et de la connaissance en mettant en place les moyens financiers et l'écosystème adéquat pour son développement. Ce qui a permis en moins de quatre ans de voir éclore de belles petites réussites bien de chez nous. Certaines ont réussi à disrupter le marché algérien alors que d'autres, comme Yassir, sont allés à la conquête du monde. Aujourd'hui, l'objectif est de faire sortir le plus grand nombre de ces entreprises de nos frontières, tout en les reliant avec leurs homologues africains pour lancer l'ère de la collaboration numérique africaine. L'Algérie bouscule tout sur son passage pour mener l'Afrique au sommet du digital et des nouvelles technologies...

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré