L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

L'usine Zergoune entrera bientôt en production

Béjaïa fait tourner ses mines

La production du groupe sera destinée entièrement à l'exportation, ce qui générera des rentrées en devises hors hydrocarbures.

En attendant l'entrée en production de la mine de zinc et de plomb, l'usine Zergoune, spécialisée dans le traitement du minerai de célestine implantée à Beni Mansour, dans la wilaya de Béjaïa, entrera en production à la fin de l'année en cours. C'est ce qu'a affirmé le P-DG du groupe privé Zergoune Green Energy en marge de la 10ème édition du Salon international de l'énergie et des hydrocarbures (Napec 2021). Zergoune Rahmoune a indiqué que l'usine est actuellement en phase d'essai et que la production sera lancée à la fin de l'année en cours.
Dotée d'une capacité de production annuelle de 50000 tonnes, cette usine permettra de traiter le minerai de célestine, issu du gisement de Béni Mansour, a expliqué, pour sa part, le directeur de l'unité de Beni Mansour, Chebbani. Ce groupe privé spécialisé dans les services pétroliers, le domaine minier et les énergies renouvelables, se lance pour la première fois, dans le traitement du minerai de célestine, qui entre dans la composition de plusieurs produits, comme les engrais agricoles et les cosmétiques. La production du groupe sera destinée entièrement à l'exportation, ce qui générera des rentrées en devises hors hydrocarbures, a encore souligné M. Zergoune, ajoutant que le projet s'inscrit dans la nouvelle politique des pouvoirs publics visant à valoriser les produits locaux et à créer des richesses et de l'emploi. Si l'exploitation du gisement en célestine de Beni Mansour avance bien, celle de la mine de plomb et zinc située également sur le territoire de la wilaya de Bejaia tarde à voir le jour. Le ministère de tutelle avait lancé récemment 26 projets de recherche de minerais pour un coût de 1,8 milliard de dinars.
Le gisement de zinc et plomb à Amizour est classé 12ème à l'échelle mondiale avec des réserves exploitables de 34 millions de tonnes et une durée d'exploitation de 19 années. Situé à 10 km du chef-lieu de wilaya de Béjaïa, le périmètre de prospection du gisement s'étale sur plusieurs communes, à savoir Amizour, Boukhlifa, El Kseur, Oued Ghir et Tala Hamza. La capacité de production visée est de l'ordre de 100 à 150000 tonnes de concentré de zinc et 30 à 40000 tonnes de concentré de plomb. Ce projet compte parmi les plus grands gisements du monde, ses réserves, importantes, évaluées actuellement à plus de 50 millions de tonnes de minerai, avec une position de proximité avec le port et l'aéroport, qui favorise son exploitation. Sa mise en service aura un impact positif pour la région, avec notamment la création de postes d'emplois directs et indirects, la quote-part qui reviendra aux collectivités locales et la création d'une cité minière avec toute son infrastructure industrielle et commerciale. Cependant, une énigme reste à élucider. La population située aux alentours du projet reste toujours divisée, quant aux avantages et aux inconvénients de l'exploitation de ce gisement.
La question environnementale et écologique est ainsi évoquée régulièrement par les opposants, qui estiment que l'exploitation de la mine comporte des risques majeurs sur l'environnement et la santé des citoyens. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours