L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

36e congrès de l’Union interparlementaire arabe

L’âme de Ghaza plane sur Alger

La position ferme de l’Algérie en faveur du droit légitime du peuple palestinien a été réitérée.

Les travaux du 36e congrès de l'Union interparlementaire arabe (Uipa) se sont ouverts, hier, au Centre international des conventions (CIC) Abdellatif Rahal à Alger, en présence d'une forte participation des délégations parlementaires arabes et de quelques officiels algériens. La première journée de ce 36e congrès a été marquée par la déclaration du premier responsable de la chambre haute du Parlement, Brahim Boughali, précédé par le président sortant de l'Union interparlementaire arabe, l'irakien Mohcine Al-Mandalawi, qui a tenu à «remercier l'Algérie, son État et son peuple, ainsi que le président de l'Assemblée populaire nationale algérienne, Boughali Ibrahim pour l'accueil chaleureux et la grande hospitalité qui nous a été offerte». Soulignant l'apport du travail interparlementaire dans le renforcement des liens fraternels arabes, l'orateur a mis en relief les réalisations et les contributions, lors du mandat assuré par son pays à la tête de l'Union interparlementaire. Il appellera à unifier les visions et à resserrer les rangs arabes, en vue de consolider le développement du Monde arabe et des pays adhérents à cette union. Pour sa part, le président de l'Union parlementaire arabe, également de l'Assemblée populaire nationale (APN), Brahim Boughali a souligné l'importance de cette halte dans le renforcement du travail interparlementaire arabe. Dans son discours inaugural, il soulignera le contexte géopolitique mondial ambiant, dans lequel se tient ce 36e congrès interparlementaire arabe et «les défis auxquels fait face la nation arabe». Pour Boughali, il est impératif «de continuer à travailler et à mobiliser les énergies et les forces vives de notre nation, afin de faire face aux défis actuels qui s'imposent à nous, dans le monde d'aujourd'hui où les évènements s'accélèrent et où les forces sont en compétition pour se tailler une place dans le nouveau système international qui est maintenant en cours de formation». Le président de l'Union parlementaire arabe a, par la suite, estimé «inacceptable et déraisonnable que notre nation arabe, avec ses capacités, ses énergies et son patrimoine culturel et historique, soit absente de ces évènements». La position «ferme de principe de l'Algérie», en faveur du droit légitime du peuple palestinien à obtenir la plénitude de ses droits, a été également réitérée par Boughali qui a estimé que pour la question palestinienne, cela est dû au «mépris de la communauté internationale pour ce droit légitime et des pratiques de l'occupation sioniste». Il fustigera, par ailleurs, cette impunité et immunité dont jouit l'occupant sioniste contre toutes sanctions, reniant sa responsabilité face à la communauté internationale. Appelant les Palestiniens à unir leurs rangs, Boughali appellera les factions antagonistes à «privilégier l'intérêt national avant toute autre considération». Notons que la «fatiha» a été lue en hommage et à la mémoire des victimes palestiniennes en proie au génocide barbare de l'entité sioniste. Il y a lieu de rappeler que la journée d'hier a été chargée par un ordre du jour conséquent. Après deux séances de travail en plénière, les travaux de trois commissions ont eu lieu dans l'après-midi autour de la Palestine, «les affaires sociales, la femme, l'enfant et la jeunesse», et une autre sur «les affaires politiques et les relations parlementaires». Deux jours durant, cette session planchera sur de nombreuses questions au sujet de la scène politique et diplomatique arabe, ainsi que les réalités de la coopération économique entre les différents pays arabes. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours