L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Mettant en exergue l’exemplarité du partenariat Chine-Afrique

Ramtane Lamamra tacle la France

Le chef de la diplomatie a relevé le caractère sincère, d’amitié et d’égalité de la coopération sino-africaine.

Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, Ramtane Lamamra, a estimé que le dernier forum sino-africain, tenu à Dakar sous le thème «Approfondir le partenariat Chine-Afrique et promouvoir le développement durable pour construire une communauté de destin entre la Chine et l'Afrique à l'ère nouvelle», démontre l'esprit de solidarité et la forte volonté de développer une coopération à long terme. Loin d'être une simple vue de l'esprit. Encore moins un prétexte pour accaparer les richesses de l'Afrique, à l'instar de certains pays, notamment la France qui, sous couvert d'entraide, tente de maintenir un certain néocolonialisme. Dans le même ordre d'idées, le chef de la diplomatie a relevé le caractère sincère, d'amitié et d'égalité de la coopération sino-africaine qui a «connu un développement rapide et palpable dans de nombreux domaines, depuis l'institution de notre forum en l'an 2000». Une coopération devenue un exemple au plan international. Réitérant le soutien sans réserve d'Alger aux multiples efforts de Pékin pour consentir et rassembler des financements suivant diverses formules dans le cadre du plan de développement commun étalé entre les années 2019 et 2021, Ramtane Lamamra a relevé, à juste titre, qu'en ces temps de coronavirus ayant accru l'égoïsme de certaines nations, la solidarité chinoise envers l'Afrique est demeurée intacte. «Au moment où la pandémie de Covid-19 a sapé l'esprit de solidarité entre les pays et où l'égoïsme national s'est accru, nous apprécions et nous saluons la solidarité que la Chine a manifestée envers notre continent pour faire face à cette pandémie» a-t-il relevé. Comme en témoigne l'aide apportée à de nombreux pays afin de renforcer leurs capacités de riposte au virus, outre l'envoi de vaccins. Dans ce cadre, Ramtane Lamamra a mis en avant le partenariat chinois avec certains pays africains pour produire le vaccin anti-Covid, à l'instar de l'usine inaugurée en Algérie, fin septembre dernier, dont la production a démarré et peut répondre à une partie importante des besoins du continent. Une grande victoire pour l'Algérie. Un autre tacle bien précis. Aussi, insiste-t-il sur la nécessité de vaincre la pauvreté et les maladies sévissant en Afrique, dans le cadre d'un développement durable. «Nous espérons que la déclaration sur la lutte contre les changements climatiques, que nous adopterons à l'issue de nos travaux, contribue à l'encadrement de la coopération avec la Chine pour développer les capacités institutionnelles et humaines des pays africains dans tous les domaines, de manière à nous permettre de mieux maîtriser les répercussions du changement climatique et d'assurer un développement respectant l'environnement», a-t-il ajouté. «Il ne fait aucun doute que le Forum de coopération Chine-Afrique a un rôle important dans le monde post-Corona, non seulement dans le financement de projets d'investissement, mais aussi concernant l'accompagnement et l'expérience de la Chine dont ont besoin les pays africains pour réaliser cet agenda de développement», souligne Ramtane Lamamra. Des défis assujettis à la paix et une stabilité durable, précise-t-il. Pour Ramtane Lamamra, la protection de l'environnement et la lutte contre les changements climatiques sont les autres objectifs tracés dans l'agenda 2063 de l'Union africaine qui aspire «à s'attaquer aux causes profondes qui menacent la sécurité et la paix» qui génèrent des «foyers de tensions et de conflits». Concernant les efforts déployés par l'Algérie au niveau continental, le chef de la diplomatie a souligné que «l'Algérie attache une grande importance au renforcement de l'intégration économique pour relancer le développement durable» et «une grande importance à la mise en oeuvre de politiques de développement et de programmes économiques aux dimensions de complémentarité». Dans ce cadre, le ministre a cité la route transsaharienne de 2 415 km (Alger-Lagos), le gazoduc transsaharien de 4 128 km, le projet de liaison en fibre optique Alger-Abuja.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours