L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Oran

Vivement la plage!

La plus grande station balnéaire d’Aïn El Türck a, en un laps de temps, fait peau neuve pour accueillir les premiers estivants.

«C'est l'été, les vagues et la mer», dixit le chanteur oranais Bensmir. Ce refrain est d'autant plus en vogue qu'il est devenu proverbial à telle enseigne que les Oranais, ne supportant pas les coups d'insolation, continuent, comme chaque année, à désavouer le célèbre écrivain Albert Camus et sa célèbre diatribe à travers laquelle il a indiqué dans son livre, «la peste», que «les Oranais ont tourné le dos à la mer». Adeptes de la grande bleue et des ressacs, nombreux sont ces habitants d'Oran qui ouvrent le bal en se rendant en masse à la mer, donnant, à leur manière, le coup d'envoi de la saison estivale, devançant ainsi les pouvoirs publics. La situation oblige, étant donné la montée à la fois subite et en flèche du mercure, en plus du pôle touristique par excellence El Bahia-Wahran. Celle-ci s'illustre par ses sites mirobolants, notamment dans la corniche ouest de la wilaya. La plus grande station balnéaire du pays, Ain El Türck a, en un laps temps, fait peau neuve, pour accueillir les premiers estivants. Contrairement à l'année écoulée, ces derniers ne se font plus désirer, en marquant leur présence par un flux plus ou moins croissant en ce début de la saison estivale. Un peu plus loin dans la partie ouest d'Aïn El Türck, les sables de Bomo plage sont envahis par les baigneurs en quête de fraîcheur. À Orales, les résidences touristiques sont, elles aussi, pavoisées aux couleurs bariolées, annonçant que la saison des vacances est ouverte.
à Corales, des propriétaires de résidence de vacanciers ont jugé utile de faire valoir l'esprit à la fois compétitif et attractif en revoyant à la baisse les tarifs des locations des studios et des appartements qu'ils proposent. Une nuitée passée dans un studio revient à la facture oscillant entre 3 500 et 5 000 dinars. La Grande Plage, elle, ne désemplit pas, tout comme les rivages rocheux de Bousfer Plage. Idem pour les sables dorés des Andalouses, celles-ci connaissent un engouement de la foule grossissant au fil des heures. D'autres estivants joignent l'utile à l'agréable en saisissant la moindre opportunité pour respirer l'air frais des montagnes de Madagh et se baigner dans l'eau non polluée de la même plage. Située dans la commune d'Aïn el Karma, à l'extrême ouest d'Oran; cette plage, dominée par une montagne verdoyante, est réputée pour être le rivage le plus beau et le plus propre de la wilaya. Elle enregistre un grand rush d'estivants. Idem pour les sites marins vierges de la partie est de la wilaya, comme Mers El Hadjadj et El Mactaâ.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours